Après avoir rebondi lors des premiers bombardements de la Libye, l’once d’or recule à nouveau. Ce mardi soir, vers 19 heures, elle se négociait à 1424 dollars après avoir atteint 1432 dollars dans la journée de lundi.

Sur le marché spot, les cours sont en hausse de + 2,13% sur les 7 derniers jours. Mais, ils ne gagnent que + 0,2% depuis le 1er janvier 2011.

Malgré les achats de précaution provoqués par la situation lybienne, force est de constater que les cours du métal jaune peinent à repartir de l’avant. En témoigne, le reflux de l’encours du SPDR Gold Shares, retombé autour de 1.215 tonnes, ce qui témoigne de l’attentisme des investisseurs à moyen terme.

Sur le marché de l’or physique, le lingot de 1kg, dont la prime est négative de -1,9%, se traite à 31 650 euros à Paris contre 32 225 euros à Londres.

Le lingotin de 50g cote 1690 euros moyennant une prime de + 4,9% alors que le modèle le plus lourd, 500g, se vend 16 920 euros en se payant 4,9% de plus que son poids de métal fin.

Le Napoléon est passé sous les 198 euros (197,40) et affiche une surcote de + 5,4%. La pièce de 10 francs vaut 102 euros et sa surcote est de + 8,9%.

La seule pièce a se payer moins cher que son poids est le 10 Florins (- 1,2%). Elle se négocie 193 euros.

Bien malin qui pourrait dire comment les cours évolueront dans les jours qui viennent mais une chose est sûre : comme nous relevions il y a quelques jours, le métal jaune n’a joué son rôle de valeur refuge que de manière très partielle lors des crises japonaises et libyennes.