Malgré l’effritement du dollar le métal jaune peine à reprendre franchement le chemin de la hausse avec une once cotant 1311 dollars (1100 euros) ce mardi matin vers 8 heures sur le marché spot.

En euros, les cours gagnent 1,8% depuis le début de l’année (1,1% en dollars).

Après la reprise observée la semaine dernière, l’argent est également en palier. A 16,49 euros (13,81 euros), les 31,10 gr de métal gris perdent 1,9% en euros depuis la Saint-Sylvestre et près de 2,6% en dollars.

En dépit de la flambée de violence au Proche-Orient et de la détérioration des relations entre les Etats-Unis, Israël et l’Iran, le métal jaune ne joue pas son rôle de valeur refuge, les investisseurs étant surtout sensibles à la reprise du dialogue commercial entre Washington et Pékin.

La publication, ce mardi, des ventes de détail aux Etats-Unis durant le mois d’avril est guettée par les investisseurs : une évolution moins forte qu’attendue (+ 0,3% selon le consensus de marché) pourrait changer la mtééo de l’or en pesant sur la valeur du billet vert et en relançant les cours..

Après la Chine et la Russie qui ont dopé leurs réserves d’or depuis plusieurs années, c’est au tour de la Turquie de mettre les bouchées doubles. En 2017, Ankara a ajouté 86 tonnes à son stock, puis 30 tonnes sur le Q1 2018, ce qui porte officiellement les réserves du pays à 565 tonnes. La Turquie reste cependant loin derrière la Russie qui a acquis 224 tonnes d’or en 2017, soit 61% du total de métal précieux acquis par les banques centrales.

Le lingot de 1kg vaut (fixing) 35.300 euros à Paris, à peu près le même prix qu’à Londres.  Sa prime est négative de 0,2%.

Le Napoléon s’échange avec un bonus de 1,8%. Il vaut 209 euros.