L’euro commence la semaine sous la barre des 1,12 dollar, mais se semble se stabiliser face au billet vert à 1,118 $.

Fragilisée des résultats économiques en demi-teinte et la perspective d’élections européennes à l’issue incertaine, l’euro qui a été lancé voici 20 ans, ne parvient pas à s’imposer face à un dollar épaulé par une croissance économique solide malgré un ISM décevant en avril.

Cette semaine, on suivra notamment les prévisions économiques (mardi) de la commission européenne, puis les données relatives à l’évolution du PIB au 1 er trimestre (mercredi) et enfin (jeudi) l’évolution de la balance commerciale de la zone euro pour le mois de mars.

Ce lundi matin, la contre-valeur d’un euro est notamment de 124 yens, 0,85 GBP, 1,13 CHF, 1,50 CAD, 7,54 CNY et 72 RUB.

La cote du billet vert risque d’être malmenée cette semaine si les menaces de relance de la guerre commerciale entre la Chine et les Etats-Unis sont effectivement suivies d’effets. Toute la question est désormais de savoir si Washington relèvera ou pas vendredi  les taxes douanières sur l’équivalent de 200 milliards de dollars de marchandises chinoises importées.

Cette menace a eu pour effet d’envoyer le yuan au tapis : la devise chinoise recule de 1% à 6,8704 pour un dollar, la moitié de ce que la banque centrale chinoise autorise comme variation quotidienne par rapport à un panier de devises.

Alors que les négociations entre conservateurs et travaillistes ont repris, la livre s’inscrit en léger repli face à un euro contre lequel elle a toutefois gagné plus de 5% depuis le 1 er janvier. Vendredi, on suivra les estimations préliminaires du PIB au T1 2019 et celles de la production industrielle en mars.

Ce lundi matin 1 livre vaut 1,1721 euro.