Select Page

Auteur : Didier Laurens

Or, argent : le renchérissement du dollar freine les cours, marché volatil, le pronostic de Commerzbank

– Les banques centrales à l’achat. – Commerzbank : la baisse de l’or est une anomalie. – Réserves d’or Vénézuélienne : la justice va trancher. Bien que les rendements des bons du Trésor américain à 10 ans campent vers leurs plus bas, la hausse du dollar pèse sur le prix des métaux précieux pourtant considérés comme une réserve de valeur solide en période d’incertitude sanitaire. Ce mercredi matin vers 9 heures, l’once d’or s’échange à 1812 dollars (1540 euros) et celle d’argent à 25,16 dollars (21,41 euros). Généralement, lorsque le rendement de la dette américaine baisse, le prix de l’or monte. La situation actuelle fait exception puisque, bien que les rendements des bons du Trésor se négocient à un plus bas depuis 5 ans (+ ou – 1,179 %), les cours se sont tassés. Selon la dernière note de conjoncture de Commerzbank, le métal jaune est désavantagé par rapport au dollar US et aux obligations dans un contexte d’aversion croissante pour le risque. La banque allemande estime toutefois que la dernière faiblesse des prix est une « anomalie temporaire ». Elle s’attend à une reprise dès que le cours du dollar tiédira. C’est cette semaine que la plus haute juridiction britannique libérera (ou pas) les réserves d’or (+ ou – 1 milliard de dollars) du Venezuela entreposées dans les coffres londoniens. La banque d’Angleterre s’oppose à la restitution de ces 31 t d’or,...

Read More

Reprise du dollar, baisse de l’euro et de la livre, les Emirats arabes unis vont lancer leur cryptomonnaie

En baisse, la devise unique qui abandonne 0,5% contre le billet vert sur les 7 derniers jours, cote 1,18 $ ce lundi matin vers 9 heures sur le marché spot. Alors que l’inflation dans la zone euro a ralenti en juin (+ 1,9%/un an), la production industrielle a diminué de 1% dans la zone euro en mai. Cela éloigne une inflexion de la politique de taux de la BCE. Aucune surprise n’est d’ailleurs attendue à l’issue de la réunion monétaire de la Banque centrale européenne qui se tiendra ce jeudi. Selon certains cambistes, le cours de la devise unique pourrait tomber autour de 1,16 dollar d’ici à quelques jours. Pour info, on retiendra que la Banque centrale européenne (BCE) vient de confirmer le lancement d’une phase de 2 ans qui pourrait être suivi par le lancement d’un euro numérique à horizon 2025. Le dollar se maintient à des niveaux élevés, béquillé par un indicateur américain sur l’inflation élevé et son statut de valeur refuge. Dans son dernier point mensuel Fidelity International se déclare confiant sur les perspectives du billet vert. Le gestionnaire prévoit un rebond de la devise américaine à court terme, notamment grâce aux mesures de relance économique américaines. Malgré des prix à la consommation en hausse (+ de 2,5% en juin, la banque d’Angleterre devrait garder laisser sa politique monétaire inchangée ce qui pèse sur la livre. Ce...

Read More

La reprise de l’or piétine, pour BMO l’embellie sera provisoire

– Pas de hausse des taux US à court terme. – Ratio or/argent à 69,60. – BMO préfère l’argent à l’or. Le marché du travail aux Etats-Unis loin d’avoir enregistré des progrès suffisants pour que la FED réduise ses soutiens et l’inflation, actuellement élevée, devrait refluer dans quelques mois, vient de réaffirmer J. Powell, le président de la Réserve fédérale américaine. Traduction pratique de cette déclaration : pas de hausse des taux d’intérêt américain à court terme, ce qui est favorable aux métaux précieux. Ce lundi matin vers 9 heures, l’once de métal jaune cote 1806 dollars (1530 euros) et celle d’argent 25,41 dollars (21,53 euros). Selon le TCD (Technical Confluences Detector) un outil de prédiction électronique, le prix de l’or pourrait être confronté à une forte résistance autour de 1818 dollars. A la baisse, le support immédiat se situerait vers 1800 dollars. Si le ciel se dégage à court terme, il pourrait se couvrir d’ici quelques mois. Raison pour laquelle BMO revoit à la baisse ses prévisions en 2022/23. Selon la banque de marché canadienne, un resserrement des taux d’intérêt en 2022 pourrait grever les cours. Elle estime que les prix du métal jaune devraient se situer autour de 1815 dollars l’once en 2021, mais qu’ils devraient terminer l’année autour de 1731 dollars et se stabiliser autour de ce niveau en 2002. Pour 2023, BMO voit le prix de...

Read More

L’once à 1813 $, les investisseurs vont investir dans l’or pour se protéger contre l’inflation

– Or : 15% de rendement/an quand l’inflation dépasse 3%. – ETF : stabilisation des encours en juin. – Ratio or/argent à 69,27. Le marché de l’or se maintient au-dessus de 1800 dollars/once alors que les pressions inflationnistes américaines connaissent une hausse significative en juin (+ 0,9%). Ce mercredi matin vers 10 heures, l’once de métal se traite à 1813 dollars (1533 euros) et celle d’argent à 26,08 dollars (22,12 euros). Selon certains investisseurs, la flambée des prix outre-Atlantique (+ 4,5 % sur 12 mois), un niveau jamais touché depuis 1991, soutient le prix des métaux précieux dans la mesure où elle diminue les rendements réels. D’autres investisseurs alertent sur un retour de balancier, car la FED pourrait durcir sa politique monétaire plus vite que prévu pour contrecarrer l’inflation, ce qui pénaliserait le métal jaune. Confiant : selon une étude réalisée par Greenwich Associates en partenariat avec le Conseil Mondial de l’Or (CMO) les investisseurs sont contraints de protéger leurs portefeuilles contre les risques inflationnistes et leur intérêt pour le métal précieux se renforce. D’après cette enquête 38 % des investisseurs possédant de l’or envisagent d’augmenter leur allocation durant les 3 prochaines années. Près de 40 % des investisseurs non aurifères déclarent vouloir acheter du métal précieux. Le rapport souligne que les années où l’inflation a dépassé 3 %, l’or a enregistré des rendements moyens de 15 %. Les entrées dans les...

Read More

Retour en force des devises refuges, euro fragile, la livre se redresse

Dans un contexte de retour vers les actifs sans risque, l’euro recule contre le dollar, fragilisé par les conséquences sanitaires et économiques d’une nouvelle vague de covid dans la zone euro. Ce lundi matin, vers 9 heures, la devise unique cote 1,18 dollar. L’euro reste soutenu par la forte révision de croissance de la commission européenne selon laquelle le PIB de la zone devrait progresser de 4,8% cette année avec un rebond de 6% en France, de 5% en Italie et de 3,6% Allemagne. Mardi, les cambistes garderont un œil sur plusieurs statistiques, dont les résultats définitifs de l’inflation en juin. La principale actualité de la semaine sur le marché des changes sera constitué par l’intervention du Président de la FED devant le congrès américain mercredi, puis devant la commission bancaire du Sénat le lendemain. Pour l’heure, le billet vert est fragilisé par des données économiques moins favorables que prévues (chômage en hausse, etc.) ne laissant pas augurer d’un rapide tour de vis monétaire. La crainte du Covid remet les monnaies refuges au goût du jour : cette semaine, le franc suisse a inscrit un plus haut de 5 mois face à l’euro (0,9211). Même schéma pour le yen japonais qui s’est apprécié par rapport à l’euro (+ 0,66%/semaine). La livre sterling repart à la hausse (+ 0,28%/semaine) alors que le Royaume-Uni annonce la prochaine levée des dernières mesures sanitaires...

Read More