Select Page

Auteur : Didier Laurens

L’euro tient la dragée haute au dollar, rebond du yuan chinois

La devise unique a retrouvé un niveau inégalé depuis le mois de juillet et s’échange à 1,0536 dollar ce lundi matin vers 9 heures sur le marché spot. L’euro profite de l’accès de faiblesse du billet vert qui malgré un rapport NFP sur les créations d’emplois US meilleur qu’attendu, recule après l’annonce d’un ralentissement plus marqué que prévu de l’inflation aux Etats-Unis en octobre et d’un probable assagissement de la hausse des taux américain. Par ailleurs, le vieux continent profite d’une petite embellie, le repli des coûts de l’énergie entrainant celui des coûts de production. L’Euro progresse aussi contre le yen, la livre et, plus modestement, face au Franc suisse. Mercredi, les cambistes suivront la consommation des ménages européen au troisième trimestre puis l’évolution du PIB et de l’emploi au troisième trimestre. Les cambistes n’excluent pas un rebond du dollar, le président de la Fed ayant rappelé qu’il ne ne baisserait pas la garde monétaire avant que l’inflation soit maitrisée. Le yuan profite du tassement du dollar et de l’allégement de la politique sanitaire chinoises après la multiplication des signes de mécontentement à travers le pays. Il progresse de 0,7% contre l’euro sur une semaine. En octobre dernier, Moscou est devenu le quatrième plus grand utilisateur du Yuan dans le monde. D’après les experts en économie, les échanges yuan-rouble ont atteint en moyenne près de 9 milliards de yuans, soit 1,25 milliard...

Read More

Forte reprise de l’or, simple sursaut ou nouveau rallye haussier ?

– La hausse des taux US devrait ralentir, dollar en recul. – Prévisions de cours de HSBC. – LMBA va répertorier les lingots d’or russe. Le cours du métal a fortement progressé après que Jerome Powell le président de la Fed, ait fait allusion à changement de dynamique de la politique monétaire américaine. Ce lundi matin vers 8 heures, l’once d’or vaut 1798 dollars et celle d’argent 23,12 dollars. Le ratio or/argent est repassé sous 80. J. Powell a confirmé que la Fed allait modérer le rythme de resserrement monétaire, ce qui a fait baisser le dollar américain et augmenter l’or. Par ailleurs, la hausse des prix (PCE) a ralenti en octobre aux Etats-Unis en octobre, à 6,0% sur un an contre 6,3% en septembre. Plus de 9 investisseurs sur 10 s’attendent désormais à ce que la prochaine augmentation de taux de la Fed (décembre) se limite à 50 points de base. Toutefois, HSBC juge illusoire de parier sur un rallye haussier immédiat des métaux précieux. Selon la banque, les resserrements de la Fed, même modérés,  freineront l’or au moins jusqu’au 1T23. Toutefois, HSBC, qui vient de perdre son statut de dépositaire unique des lingots du SPDR Gold Trust (52 milliards de dollars de réserve) estime que la demande physique de lingots et de pièces d’or reste solide, stimulée par les préoccupations persistantes en matière d’inflation, les riques géopolitiques...

Read More

L’or fait une pause, pessimisme de TDS

– Les investisseurs attendent la déclaration de J. Powell (Fed). – TDS : pas de remontée des prix avant le T2 2023 . – Ghana : or contre pétrole ? Après avoir connu une forte reprise début novembre avec l’espoir de voir la Fed ralentir le rythme de ses hausses de taux, l’or ne parvient pas à transformer l’essai en rallye haussier. Ce mercredi matin, l’once de métal jaune s’échange à 1754 dollars et celle d’argent à 21,30 $. Le ratio or/argent est à 82,33. Bien que l’indice de confiance des consommateurs américains soit tombé à 100,2 en novembre, contre 102,5 en octobre,  les métaux précieux peinent à reprendre l’ascendant. Les déclarations mitigées de différents responsables de la Fed relatives à l’évolution des taux d’intérêt américain et la situation sanitaire en Chine ont rafraichi l’enthousiasme des investisseurs. Ce sont la publication des demandes hebdomadaires initiales de chômage aux Etats-Unis (jeudi) et, surtout, le rapport sur l’emploi aux États-Unis (vendredi) qui constitueront le prochain catalyseur du marché. Toujours pessimiste, TDS relève que l’or a affiché une performance décevante cette année, passant d’un sommet d’un peu plus de 2 050 $ en mars à un creux de 1 617 $ début novembre. Les économistes de cette société s’attendent à ce que les cours passent sous le niveau de 1600 dollars/once au cours des prochains mois avant de rebondir à 1800 dollars au second trimestre 2023, après...

Read More

La semaine s’annonce volatile sur le marché des changes

Alors que Christine Lagarde s’apprête à prendre la parole devant la Commission des Affaires économiques et monétaires du Parlement européen, l’euro cote 1,04 dollar ce lundi matin sur le marché continu. La devise unique profite de la publication d’indicateurs indiquant que la  crise économique attendue en Europe serait finalement moins forte qu’attendue. Parmi les chiffres cités à l’aval de cette thèse, la croissance allemande meilleure que prévu au troisième trimestre. Mais la prudence reste de mise : en France, l’indice PMI flash composite de l’activité globale révèle que le secteur privé décélère pour la première fois depuis février 2021. Le dollar se tasse dans le contexte d’une économie américaine qui s’enlise et dans l’espoir de voir la Fed atténuer ses prochaines hausses de taux pour ne pas étouffer la croissance. Une flopée de données, aux Etats-Unis dont celle sur l’emploi (vendredi) et l’évolution du PIB américain au 3ème trimestre conditionneront l’orientation du dollar, une intervention du président de la Fed étant programmée pour le milieu de la semaine (mercredi). Le yuan se tasse face à l’euro alors que des émeutes de protestation contre la politique anti-covid du pays ont éclaté. La devise chinoise est aussi affectée par l’abaissement du taux de réserves obligatoires des banques locales pour que l’argent libéré aille soutenir le secteur immobilier. Bien qu’affaibli par la politique de taux bas de la Banque du Japon, le yen...

Read More

L’once à la recherche d’un second souffle, faute de catalyseur les cours pourraient retomber

– Les chiffres sur l’emploi US et une intervention de Powell attendus cette semaine. – La Société Générale conseille l’or et le CHF aux investisseurs. – Une pièce d’or pourrait chambouler l’histoire romaine. Après avoir bouclé la semaine dernière sur un léger gain, l’once de métal jaune démarre la nouvelle en s’échangeant à 1751 dollars. L’once d’argent vaut 21,22 dollars. Le métal jaune a bénéficié de la publication des « minutes » de la Réserve fédérale  révélant que la plupart des membres de son comité monétaire privilégient des hausses de taux d’intérêt plus faibles à l’avenir. Mais, faute d’un catalyseur, les cours pourraient à nouveau se tasser cette semaine si le discours du président de la Fed, attendu mercredi, s’avérait moins accommodant. Par ailleurs, la publication de nombreuses statistiques économiques (dont celle sur l’emploi) sont attendues cette semaine. Elles conditionneront le niveau du dollar. Selon les économistes de la Société Générale, l’or semble s’extirper d’une phase de baisse. Les économistes de la banque recommandent aux investisseurs de conserver du métal jaune (et des francs suisses) afin de stabiliser la volatilité de leur portefeuille. ANZ reste pessimiste sur l’avenir des cours. La banque australienne considère que des prix s’établissant au-dessus de la résistance de 1800 dollars seront cruciaux pour confirmer une tendance haussière de l’or, mais doute que ce cap soit franchi avec une hausse attendue de 50 points de base de...

Read More